Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Les Socialistes bretons pour une Europe protectrice 

Rennes Parti socialiste

En quelques années seulement l’Europe a totalement changé : la crise du Covid a fait exploser la règle des 3% de déficit et le pacte de stabilité. L’agression de l’Ukraine par Vladimir Poutine a fait ressurgir le spectre de la guerre et l’impérieuse nécessité, pour les pays de l’UE, de renforcer leur coopération militaire.

Le 17 juin, à Rennes

Dans le même temps, dans tous les pays européens, l’extrême-droite progresse et, fait nouveau, passe des alliances avec la droite dite « classique ».

Devant cette nouvelle donne, et à quelques mois des élections européennes, les Socialistes actualisent leur logiciel européen.
A Rennes, le 17 juin, celles et ceux de Bretagne, se sont retrouvés au siège de la fédération d’Ille et Vilaine pour réfléchir à la contribution qu’ils vont apporter au texte national, en présence de Christophe Clergeau, député européen, et co-animateur, avec Nora Mebarek de la Convention nationale.

L’Europe est en danger !

Laurence Duffaud, Christophe Clergeau, Antoine Ravard et Simon Uzenat

« L’Europe est en danger » a prévenu Christophe Clergeau. Les élections de juin 2024 interviendront dans un contexte inédit où trois blocs vont s’affronter. Les Nationalistes, qui ne veulent plus d’Europe, la gauche, socialiste et écologique qui veut plus d’Europe, et les Libéraux, dont tout le monde voit bien que le modèle, basé sur la main invisible du marché, a atteint ses limites et ne peut plus répondre aux enjeux sociaux, climatiques et économiques. « Les crises que nous traversons appellent des réponses collectives et solidaires qui s’appuient sur des services publics pour préserver les biens communs. Il ne reste que quelques Libéraux à ne pas encore avoir compris que la redistribution des richesses est indispensable. »

Christophe Clergeau

« C’est pour cette raison que l’Europe évolue » a insisté le député européen. Face à la crise sanitaire, l’UE a acheté des masques, a abandonné la règle idéologique des 3%, a su rester solidaire avec l’Ukraine. « L’UE avance aussi sur le dossier du salaire minimum ou de la protection des travailleurs des plateformes. »

Entre le repli sur soi des Nationalistes, la naïveté idéologique des Libéraux, la famille sociale-démocrate européenne doit proposer un projet réaliste et ambitieux.

C’est sur ce projet qu’ont planché les Socialistes bretons le 17 juin à Rennes. « Pour que chacun puisse s’exprimer, nous avons choisi de travailler en ateliers » explique Laurence Duffaud, première secrétaire fédérale d’Ille et Vilaine. « Nous leur avons demandé de répondre à trois questions :  Quelle Europe voulons-nous ? Comment parler de l’Europe aux électrices et aux électeurs ? Et quelle politique d’accueil pour les réfugiés ? »

L’union européenne doit se doter de son propre budget 

Béatrice Hakni-Robin

Pour Christophe Clergeau, il n’existe pas de « sujets européens » mais des questions concrètes, qui appellent des réponses locales, nationales et européennes.  Et l’échelle européenne est précisément celle qui permet d’être le plus efficace pour protéger les Européens, en harmonisant les règles sociales, en organisant une défense commune, en défendant son industrie. La lutte contre le réchauffement climatique passe naturellement par des mesures locales mais qui doivent être coordonnées et amplifiées à l’échelle du continent.

Antoine Ravard

C’est donc bien une Europe puissante et souveraine qu’appellent de leurs vœux les Socialistes bretons. Et cette souveraineté nécessite que l’UE se dote rapidement d’un budget conséquent, pour engager les investissements indispensables pour la transition énergétique ou la défense commune de l’Union européenne. « C’est en expliquant les enjeux, et les solutions que nous proposons, en faisant preuve de pédagogie que nous parviendrons à convaincre les électrices et les électeurs. »

Animés par Annick Hélias, Béatrice Hakni-Robin, Justin Amiot et Antoine Ravard, les 4 groupes sont parvenus à des conclusions assez similaires. « Nous voulons une Europe plus sociale, plus forte économiquement et plus égalitaire » a résumé Béatrice Hakni-Robin. « Nous voulons aussi une Europe plus souple, capable d’adapter plus rapidement ses règles » a ajouté Annick Hélias.  « Et une politique commerciale moins naïve vis-à-vis de nos partenaires » a complété Antoine Ravard.

Justin Amiot

Les Socialistes bretons veulent une Europe accueillante. Pour des raisons morales mais aussi parce qu’un continent vieillissant comme le nôtre a besoin de l’immigration pour augmenter sa population et donc sa force de travail. « Mais cela nécessite une meilleure coopération et surtout un accompagnement des pays d’entrée comme la Grèce et l’Italie, et pourquoi pas, la création d’un corps de douaniers européens » a proposé Justin Amiot. « Nous ne devons pas hésiter à mener la bataille culturelle contre l’extrême-droite sur ce sujet » a insisté Antoine Ravard.

Et maintenant ? « Le travail ne fait que commencer » a prévenu Christophe Clergeau. Les conclusions des 4 ateliers bretons vont enrichir le texte national de la Convention. Il servira de base pour les Socialistes français lorsqu’ils négocieront avec leurs partenaires européens le Manifesto du PSE qui sera le projet électoral pour les élections de juin 2024.

Annick Helias

Derniers Articles

Frédérique Bonnard Le Floch candidate aux Européennes 2024

Actualité

Être parlementaire européen consiste à siéger à Strasbourg mais aussi à accompagner les élu-es qui mettent en œuvre, sur leurs territoires, des projets qui...

appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper

Actualité

Il y a deux ans, le 24 février 2022, Vladimir Poutine attaquait l’Ukraine au mépris de toutes les lois internationales. A ce jour, le...

couverture du texte de la convention retrouvons le peuple couverture du texte de la convention retrouvons le peuple

Actualité

“Retrouvons le peuple”, c’est d’abord une ambition. C’est aussi un processus démarré en 2018 avec le Bilan du quinquennat Hollande, pour se demander ce...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...