Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Démocratie participative : Toujours les mêmes ? 

La montée de l’abstention est l’un des symptômes de la crise démocratique que nous traversons. Le développement de la démocratie participative constitue l’une des solutions pour enrayer ce phénomène. A condition que l’investissement des citoyen-nes se traduise par des décisions décisives ont expliqué les intervenant-es de la table-ronde intitulée « participation citoyenne : comment remettre le peuple au cœur de la vie démocratique ? » animée par le sénateur des Français de l’étranger Yan Chantrel.

Le tirage au sort permet une meilleure représentativité

Mathilde Imer, à l’origine de la convention citoyenne pour le climat, en a rappelé les objectifs et les modalités. Alors que se développait le mouvement des gilets jaunes, cette convention devait permettre de dégager des propositions pour engager la transition écologique sur la base d’un consensus. « Alors qu’une grande partie de la population s’opposait à des décisions prises par les parlementaires, il fallait trouver une solution pour dégager du consensus ».

« Nous avons opté pour le tirage au sort qui nous paraissait la solution la plus juste » a expliqué Mathilde Imer. « Le tirage au sort est plus démocratique que l’élection qui favorise celles et ceux qui ont l’expérience des campagnes électorales. ».

Avec les critères que nous avions choisis, il permet une meilleure représentativité des jeunes, des femmes et des ouvriers, trop souvent absents des instances de décisions. Et enfin, parce que les personnes sont sélectionnées pour une période déterminée, ils et elles peuvent se projeter sur le long terme sans chercher à se faire réélire.

Pendant 7 sessions, 150 personnes se sont retrouvées pour se former et avancer 149 propositions construites sur la base d’un consensus.

« Le bilan de cette convention citoyenne est mitigé » a reconnu Mathilde Imer. Parmi les points positifs, on peut citer la confirmation que le choix du tirage au sort permet bien de dégager des propositions de qualité. « Nous avons également constaté, parmi les personnes qui ont participé à ces travaux, que plusieurs abstentionnistes avaient retrouvé le chemin des urnes à la suite de cette expérience. »
Mais, parmi les points négatifs, on doit bien sûr noter le reniement du président de la République qui s’était pourtant engagé à reprendre les conclusions de la convention. « Il y a un autre aspect à améliorer » a indiqué Mathilde Imer. «  le grand public n’a pas été suffisamment associé aux travaux des 150 citoyen-nes. »

Il ne faut pas confondre démocratie participative et technocratie participative

Pour Frédéric Gilli, de l’agence Grand Public, les consultations citoyennes doivent permettre aux habitant-es de participer vraiment aux décisions. Il ne faut pas confondre démocratie participative, qui contribue à faire des choix, et technocratie participative qui se contente de choisir les couleurs des façades une fois que tout le reste a été décidé.

« Il faut donner aux citoyen-nes des raisons de penser que leur participation est utile et pour cela les élu-es doivent tenir leurs promesses. Ils ne sont pas obligés de réussir. Les gens sont suffisamment intelligents pour comprendre que tout n’est pas possible. Mais ils ont l’obligation d’essayer. C’est de cette manière qu’on pourra tordre le cou à l’idée selon laquelle les vrais décideurs sont les haut-fonctionnaires ou les dirigeants des grandes entreprises

« S’il existe une défiance des citoyen-nes envers les élu-es, on peut souvent constater une forme de défiance des élu-es envers les citoyen-nes » a rappelé Frédéric Gilli. Retrouver la confiance réciproque suppose une grande capacité d’écoute de la part des élu-es et des dispositifs massifs de concertation.

Cette écoute passe, notamment, par le porte-à-porte, mais aussi par toutes les formes de rencontres qui doivent être engagées pour éviter le syndrome TLM (Toujours les mêmes) comme l’a souligné Sandrine Floureuse, conseillère départementale de Haute-Garonne, chargée de la participation citoyenne. En effet, on retrouve souvent les mêmes personnes dans les instances de participation si on ne se donne pas la peine d’aller aux devants de l’ensemble de la population.

A l’échelle de l’Union européenne aussi, la démocratie participative doit être développée pour éviter que les lobbies, toujours très actifs, puissent donner l’impression de porter la parole des habitant-es, a insisté le député européen Christophe Clergeau.

Yan Chantrel travaille en ce moment sur une proposition de loi pour faciliter le recours au référendum d’initiative partagé. Afin de nourrir sa réflexion sur la démocratie participative, le sénateur des Français de l’étranger viendra dans le Finistère, les 7 et 8 septembre, pour rencontrer les élu-es en charge de cette question.

En savoir plus sur la convention citoyenne pour le climat 

Derniers Articles

Actualité

Au congrès de Rome, le 2 mars, le PSE ( Parti des Socialistes Européens) a adopté son programme pour faire basculer l’Europe à gauche...

livret des propositions socialistes pour l »agriculture livret des propositions socialistes pour l »agriculture

Actualité

Si pour certains, le salon de l’agriculture n’est qu’un prétexte pour faire des selfies, pour les Socialistes, il est l’occasion de rappeler leurs propositions...

Actualité

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Dans un courrier adressé ce 28 février à Gabriel Attal, François Cuillandre, président de Brest métropole,...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...