Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

On ne sait pas ce qu’aurait dit Rocard, mais on sait ce qu’il a fait.

On demande souvent à Jean-François Merle ce qu’aurait fait Rocard dans telle ou telle situation ? Le président de l’association MichelRocard.org ne répond jamais à ce genre de question puisque personne ne peut le savoir. En revanche, il sait parfaitement ce qu’il a fait.

Par rapport au Front National, Michel Rocard, qui avait connu la guerre d’Algérie et le terrorisme de l’OAS, n’a jamais tergiversé. Pour les élections cantonales de 1985, alors que Jacques Chirac n’a pas encore totalement adopté son attitude intransigeante vis-à-vis de Jean-Marie Le Pen, il tient un discours dans lequel il appelle, en fonction des configurations des seconds tours, si nécessaire, à voter pour les candidats de droite qui ne se sont pas compromis avec l’extrême-droite. Quelques semaines plus tard, lorsque François Mitterrand décide d’appliquer la proportionnelle qui allait permettre à Jean-Marie Le Pen de revenir à l’Assemblée, il fait part de son désaccord en démissionnant du ministère de l’agriculture.

Personne ne sait ce qu’aurait dit Michel Rocard en voyant les émeutes en Nouvelle-Calédonie. Cependant, on peut s’en douter.  Jean-François Merle a rappelé comment, à peine nommé à Matignon, il était parvenu aux accords de Nouméa.

« Rocard était toujours attentif à la dimension culturelle des collectivités humaines. Avant de s’engager dans les négociations, il s’était longuement documenté sur la culture Kanak, si longtemps méprisée. »

Ensuite, il s’est imprégné de l’Histoire de cet archipel, depuis sa colonisation, car c’est bien d’un processus de décolonisation qu’il s’agit.

Et enfin, il a essayé de se mettre à la place des protagonistes afin de mesurer ce qui était acceptable ou inacceptable. Dans tout ce processus de négociation, et par la suite, l’État est resté un arbitre impartial ce qui a permis de garantir la paix civile pendant 30 ans.

L’élargissement du corps électoral, en l’absence de consensus, a mis le feu aux poudres parce que cette décision a été prise sans tenir compte du long processus engagé par Michel Rocard et Louis Le Pensec. Le respect de la parole de l’État était un élément essentiel pour préserver la paix. Emmanuel Macron a oublié cet élément essentiel. Contrairement à Michel Rocard, il n’a pas cherché à se mettre à la place de Kanaks. En effet, invoquer la démocratie pour justifier un changement de la liste électorale, dans un processus de décolonisation constituait une provocation : la colonisation étant, par nature, antinomique de la démocratie.

Derniers Articles

Actualité

Suite à la démission d’office d’Hosny Trabelsi, annoncée par le préfet du Finistère, son remplaçant, Tristan Foveau, devient conseiller départemental du canton de Brest...

Actualité

« Pour que ces fêtes maritimes soient vraiment des fêtes populaires, la région a voulu permettre au plus grand nombre de personnes d’embarquer et de...

Actualité

« C’est un fleuron de l’industrie française et un symbole pour notre territoire qui sont sacrifiés ».  Dans un communiqué publié le 15 juillet, les socialistes...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Européennes 2024

Raphaël Glucksmann animera son deuxième meeting de campagne le samedi 13 avril, à 15h00 au Zénith de Nantes   S’inscrire pour le meeting S’inscrire...

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Européennes 2024

Si comme nous vous voulez  construire une Europe démocratique, sociale, écologique, féministe, solidaire et puissante vous pouvez rejoindre le comité de soutien à la...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...