Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

VSS : les élu-es apprennent à libérer la parole

Clarisse Réalé présente les enjeux de cette formation

Comment réagir face à un ou une salariée d’une collectivité qui dénonce des violences sexistes ou sexuelles ? Comment mettre en place les dispositifs permettant de repérer et d’empêcher ces comportements ? Trop souvent, les élu-es, majoritaires ou minoritaires, sont confronté-es à des comportements, des remarques ou des attitudes sexistes, de la part de leurs collègues ou d’agents municipaux. Parfois même, ils ou elles recueillent des témoignages de victimes. Pour leur apporter des éléments de réponses, l’Union des Elu-es Socialistes et Républicains du Finistère (UESR29) a organisé, le 25 mars, une après-midi de formation animée par Marine Bruneau du cabinet de conseil Égaluce, spécialiste de ce sujet.

Clarisse Réalé présente les enjeux de cette formation

Un devoir d’exemplarité

Si #MeeToo a permis de prendre conscience de l’importance du phénomène des violences sexistes et sexuelles, il ne l’a pas supprimé. Élue d’opposition à Châteaulin, secrétaire fédérale à l’égalité femmes/hommes et ambassadrice du réseau des femmes élues locales dans le Finistère, Clarisse Réalé reçoit régulièrement des témoignages d’élues ou de salariées de collectivités qui sont victimes de harcèlement. Certaines élues, n’ayant pas d’autres solutions pour se préserver, sont même contraintes de démissionner.

Une formation animée par Marine Bruneau

« Nous devons, toutes et tous, être particulièrement attentifs à nos comportements, mais aussi être à l’écoute », a insisté Jean-Paul Vermot, président de l’UESR.  « En tant qu’élu-es de gauche, nous avons un devoir d’exemplarité »

A l’issue de cette formation, les témoignages des élu-es qui l’ont suivie laissent apparaitre que l’objectif a été atteint.

« J’ai voulu suivre cette formation, en tant qu’élu, mais aussi en tant que mari et père » explique Ronan Le Berre, élu au Relecq-Kerhuon. D’une part pour être plus à l’aise pour gérer ce type de situation et vérifier si mon comportement ne peut pas être ressenti comme de la discrimination par des femmes. Mais aussi parce que des hommes peuvent être victimes de harcèlement et qu’ils doivent pouvoir trouver d’autres hommes pour se confier. »

Apprendre à accompagner

« Sans formation, on peut être en difficulté, lorsqu’on est confronté à des témoignages de harcèlement, voire à des agressions » reconnait Chantal Boulic, élue Relecq-Kerhuon. « Grace à cette formation, je crois que je saurais mieux écouter et accompagner les victimes, en leur conseillant, par exemple, en cas de viol, de procéder immédiatement à des examens médicaux, avant de porter plainte. Mais aussi en ayant systématiquement le réflexe de noter ce que disent les victimes ».

« C’est important de pouvoir repérer rapidement les « signaux faibles » de manière à éviter que des comportements dégénèrent » insiste Florence Crom élue de Douarnenez communauté. En effet, les remarques sexistes répétées peuvent créer des ambiances propices au harcèlement. « En posant rapidement des limites, il est possible d’éviter ce qui, sous couvert d’humour (et c’est déjà probablement du sexisme), peut facilement se transformer en harcèlement et créer un climat favorable aux gestes déplacés ».

Chantal Boulic et Ronan Le Berre

« Nous ne devons jamais oublier notre responsabilité d’employeur » insiste Yohan Nédélec, élu à Brest métropole et président du centre départemental de gestion qui accompagne les collectivités locales dans le Finistère dans le domaine des ressources humaines. « Cette formation m’a permis de mieux comprendre la législation et en particulier ce qui relève du fameux article 40 du code de procédure pénale (*) qui nous oblige à saisir le procureur de la république si on a connaissance d’un crime ou d’un délit ».

Vers une généralisation des formations contre les VSS

« Ce genre de formation devrait être obligatoire dans les collectivités locales » poursuit Yohann Nédélec. « Au début de chaque mandat, pourquoi ne pas rendre obligatoire un temps de formation et d’échanges entre élu-es et agents de manière, déjà, à ce que chacun prenne conscience de ce phénomène, trop souvent sous-estimé, voire nié. Mais aussi pour rappeler le cadre juridique, et les obligations de signalement des employeurs »

« Il faudrait également que les mairies désignent des référent-es bien identifié-es par les élu-es et le personnel de manière à ce que les victimes sachent vers qui se tourner » propose le président du CDG 29.

Le harcèlement conduit au silence et à la solitude. En organisant cette formation, l’UESR a précisément l’ambition de casser cette logique, dans les collectivités, en libérant la parole et en offrant aux victimes la possibilité de se confier à des élu-es qui sauront les écouter et les accompagner.

(*) Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l’article 40-1.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.

Derniers Articles

matthieu stervinou

Actualité

Dans sa démarche pour rendre la ville toujours plus inclusive pour les personnes en situation de handicap, Quimper vient de se doter d’un nouvel...

Frédérique Bonnard Le Floch candidate aux Européennes 2024 Frédérique Bonnard Le Floch candidate aux Européennes 2024

Actualité

Être parlementaire européen consiste à siéger à Strasbourg mais aussi à accompagner les élu-es qui mettent en œuvre, sur leurs territoires, des projets qui...

appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper

Actualité

Il y a deux ans, le 24 février 2022, Vladimir Poutine attaquait l’Ukraine au mépris de toutes les lois internationales. A ce jour, le...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...