Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Un exercice de vérité

Alors que les alertes se multiplient quant aux conséquences des impacts des pesticides sur tout l’environnement – eau, air, sol, biodiversité – ainsi que sur la santé humaine, les conclusions de la « commission d’enquête sur les causes de l’incapacité de la France à atteindre les objectifs des plans successifs de maîtrise des impacts des produits phytosanitaires sur la santé humaine et environnementale et notamment sur les conditions de l’exercice des missions des autorités publiques en charge de la sécurité sanitaire » créée à l’initiative de Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle et du groupe Socialistes et apparentés, révèlent l’incurie des pouvoirs publics.

Ce rapport révèle l’incurie des pouvoirs publics

« Cette commission d’enquête a été un exercice de vérité mais est aussi une contribution utile au moment où le Gouvernement lance un quatrième plan baptisé “Ecophyto 2030 » expliquent les deux élu.es socialistes.

« En créant cette commission d’enquête, nous souhaitions lever le voile sur les causes de l’incapacité de la France à atteindre l’objectif qu’elle s’était fixée de baisser de 50% l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ».

Ce rapport révèle trois choses.

Premièrement, les entreprises dont la seule activité est la phytopharamacie ont vu leurs chiffres d’affaires progresser de 40% depuis 2009.

Deuxièmement, les entreprises phytopharmaceutiques ne paient peu ou pas d’impôt sur les sociétés – 110 millions en 2022 pour les 5 plus grandes entreprises du secteur, tout en percevant 56 millions d’euros de crédit d’impôt recherche en 2021.

Troisièmement, le comité d’orientation stratégique (COS) du plan Écophyto ne s’est pas réuni une seule fois, au niveau politique, entre 2019 et 2023. Résultat, la stratégie Écophyto est comme un véhicule sans pilote qui roulerait sur une route sans radar.

« Ce rapport a pu également identifier la puissance du lobbying dans la fabrique des normes et dans l’influence des décideurs politiques. En cause, des intérêts économiques contraires au plan Ecophyto dans l’industrie phytopharmaceutique et agroalimentaire. La publicité dans ce domaine représente 1 000 fois le budget de l’information publique sur l’alimentation. Ce rapport propose d’instaurer une taxe sur les dépenses en publicité des entreprises agroalimentaires afin de multiplier par 10 le budget de santé publique, destinée à financer le renforcement de la communication publique sur une alimentation saine et économe en pesticides » annoncent Dominique Potier et Mélanie Thomin.

Les agriculteurs sont victimes de concurrence déloyale

« Les concurrences déloyales dont sont victimes nos agriculteurs sont l’un des freins à la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques. Ce rapport propose d’inscrire dans le droit européen une mesure simple : l’inversion de la charge de la preuve des “mesures miroir”. Les pays exportateurs devront eux-mêmes apporter les garanties, par un tiers certificateur, que leurs produits importés dans l’Union européenne respectent nos règles en matière de pesticides. Dans le cas contraire, ils seront exclus du marché européen. »

Dans le même temps, ce rapport constate que la déclinaison française de la Politique Agricole Commune a été un rendez-vous manqué en matière de justice dans la répartition des aides entre agriculteurs et comme levier de la transition agroécologique. En 2021, 20 % des exploitations agricoles concentrent 55,7 % du total des aides PAC octroyées.

« Depuis une décennie, les socialistes sont force de proposition pour une agroécologie qui réconcilie le monde agricole et l’écologie, notre souveraineté alimentaire, le revenu des agriculteurs et la santé environnementale. « Nos combats ont permis des avancées majeures comme le statut du biocontrôle, la phytopharmacovigilance, la protection de l’autorité scientifique face aux pressions économiques (2014) et le Fonds d’indemnisation des phyto-victimes (2018). Cette commission d’enquête s’inscrit dans les pas de celle portée par notre groupe en mai 2019 sur les conséquences du chlordécone dans les Antilles ».

Les députés socialistes et apparentés autour de Dominique Potier et Mélanie Thomin, députée du Finistère, resteront mobilisés pour la mise en œuvre des 26 recommandations de ce rapport qui sera publié jeudi prochain.

Lire le rapport 

Derniers Articles

Actualité

Au congrès de Rome, le 2 mars, le PSE ( Parti des Socialistes Européens) a adopté son programme pour faire basculer l’Europe à gauche...

livret des propositions socialistes pour l »agriculture livret des propositions socialistes pour l »agriculture

Actualité

Si pour certains, le salon de l’agriculture n’est qu’un prétexte pour faire des selfies, pour les Socialistes, il est l’occasion de rappeler leurs propositions...

Actualité

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Dans un courrier adressé ce 28 février à Gabriel Attal, François Cuillandre, président de Brest métropole,...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...