Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Abstention du groupe Socialiste sur la PLM : Mélanie Thomin répond à Didider Le Gac

Mélanie Thomin Finistère

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de vote aux députés de la Commission de la Défense et des forces Armées dont je suis membre. La majorité relative semble bien peu tolérer les divergences et les nuances de point de vue.

Préférant la polémique aux propositions concrètes, la critique vient d’un député inexistant dans l’hémicycle lors de l’examen de cette Loi de programmation militaire (LPM). Pour ma part, j’ai déposé près de 80 amendements au projet de loi, en commission et en séance, pour contribuer au travail parlementaire et enrichir le texte. 13 d’entre eux ont été adoptés, notamment pour protéger la souveraineté de notre industrie de défense.

S’abstenir ou voter contre un budget ne signifie pas s’opposer au Ministère des Armées et à ses personnels. Au contraire. La séparation des pouvoirs permet aux parlementaires d’exercer leur droit de contrôle et leur devoir de vigilance face aux projets de loi portés par l’exécutif.

Le groupe des Députés socialistes et apparentés a toute la liberté de s’abstenir lors d’un vote solennel. C’est son droit le plus strict, dès lors que nous avons émis des inquiétudes concernant la stratégie du gouvernement.

Contrairement aux effets de communication, cette LPM n’a rien d’historique : Rappelons que les 413 milliards annoncés incluent plusieurs éléments dont :

  • –  30 milliards pour absorber l’inflation
  • –  100 milliards de dépenses déjà engagées.

Ceci ramène l’effort réel bien en deçà de la somme « historique » annoncée.

Si nos armées et notre industrie de défense créent de l’emploi, encore faut-il fidéliser les personnels et éviter la fuite vers le privé. A l’unanimité, les représentants des personnels de la Défense ont invoqué l’urgente nécessité d’un choc indiciaire.

Mon collègue Didier Le Gac devrait savoir que les conditions de vie et d’exercice des personnels militaires et civils de la Défense se détériorent, d’autant plus en Finistère, où nous subissons la crise du logement dans nos communes littorales. Ce qui ne les épargne pas.

Peut-être devrait-il consacrer son énergie et intervenir à l’Assemblée sur les sujets de préoccupation majeurs des Finistériens, comme l’accès aux soins, le logement, le pouvoir d’achat ou les retraites, plutôt que de polémiquer sur le vote des autres députés du département.

Voir l’explication de vote du groupe socialiste par Mélanie Thomin 

Derniers Articles

Actualité

L’an passé, le scandale Orpea a révélé aux yeux de tous les gains excessifs de groupes privés lucratifs et les conditions de vie de...

Actualité

On demande souvent à Jean-François Merle ce qu’aurait fait Rocard dans telle ou telle situation ? Le président de l’association MichelRocard.org ne répond jamais à ce genre...

Actualité

Dans « Moi, Michel Rocard, j’irai dormir en Corse » (*) Jean-Michel Djian retrace la vie de Michel Rocard, depuis son engagement chez les Scouts, sous...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Européennes 2024

Raphaël Glucksmann animera son deuxième meeting de campagne le samedi 13 avril, à 15h00 au Zénith de Nantes   S’inscrire pour le meeting S’inscrire...

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Européennes 2024

Si comme nous vous voulez  construire une Europe démocratique, sociale, écologique, féministe, solidaire et puissante vous pouvez rejoindre le comité de soutien à la...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...