Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Intimidations de l’extrême-droite : ça suffit !

A l’appel de 25 organisations (*), près de 300 personnes se sont retrouvées place de la Liberté à Brest, ce 24 mai, pour soutenir le maire de Saint-Brévin, Yannick Morez, et dénoncer le climat de peur et de haine que tente d’instaurer l’extrême-droite.

Au nom des ces organisations, Frédérique Ronot, de la Ligue des Droits de l’Homme a lu cette déclaration :

« Quand ils s’en sont pris aux étrangers, je n’ai rien dit. Je n’étais pas étranger.
Quand ils s’en sont pris au rédacteur en chef du Poher hebdo, je n’ai rien dit. Je ne lisais pas cet hebdomadaire.
Quand ils s’en sont pris aux homosexuels, je n’ai rien dit. J’étais hétéro.
Quand ils s’en sont pris au Secours populaire de Rostrenen, je n’ai rien dit. Je ne fréquentais pas le secours populaire.
Quand ils s’en sont pris aux enseignants qui faisaient apprendre des poésies de Léopold Sédar Senghor à leurs élèves, je n’ai rien dit. Je n’allais plus à l’école.
Quand ils s’en sont pris à SOS Méditerranée, je n’ai rien dit. Je n’étais pas un réfugié.

Quand ils s’en sont pris au maire de Saint-Brévin, je n’ai rien dis. Je n’avais jamais mis les pieds à Saint-Brévin.

Mais quand ils s’en sont pris à moi, il n’y avait plus personne pour protester.

Cette énumération, inspirée du poème de Martin Niemöller, décrit ce qui se passe aujourd’hui, en 2023, en Bretagne, comme dans le reste de la France.

Nous sommes réunis ici, ce soir, pour adresser un message de mise en garde, un appel à la vigilance et à la lutte alors qu’au même moment, à Saint-Brévin, se déroule une marche en soutien à Yannick Morez, contraint de démissionner de ses fonctions de maire et même de quitter sa commune.

L’incendie des voitures de Yannick Morez, les menaces qui pèsent sur sa personne, ne sont pas arrivés par hasard : elles sont la suite directe d’une agitation orchestrée par des officines d’extrême-droite, relayée et amplifiée par certains médias complaisants. C’est désormais quasiment tous les jours que des locaux associatifs sont vandalisés, que des journalistes, des élus ou des enseignants reçoivent des menaces et des intimidations.

Des spectacles ont été annulés, des projets de construction de centre d’accueil de demandeurs d’asile ont été abandonnés.

L’extrême-droite considère ces reculs comme des victoires. A l’Assemblée, les députés du RN ont refusé de se lever pour soutenir Yannick Morez.

Cela suffit !

La haine et la mauvaise foi de l’extrême-droite sont sans limite. Leur projet est clair : abattre la République et salir ses symboles, dont notre devise républicaine : liberté, égalité, fraternité. Leur recettes sont toujours les mêmes : attiser les haines, désigner des boucs émissaires, choisir leurs ennemis. Républicains de tous horizons, notre devoir, c’est de nous tenir droit face aux factieux.

Notre devoir, c’est de rappeler sans relâche que « Le grand remplacement » n’est qu’une théorie fumeuse qui ne repose sur rien. La République ne désigne pas ses enfants en fonction de leur origine.

Notre devoir, c’est de rappeler que l’homophobie n’est pas une opinion mais un délit. La République ne désigne pas ses enfants en fonction de leur orientation sexuelle.

Notre devoir, c’est de rappeler que la « priorité nationale » est un concept qui va à l’encontre des principes mêmes de la République. La République ouvre ses bras à tous ses enfants.

Notre devoir, c’est de rappeler que sauver des réfugiés, entassés sur des embarcations de fortune par des passeurs sans scrupule, cela relève du devoir de solidarité. La République ne laisse personne sur le bord du chemin.

Notre devoir, enfin, c’est de rappeler que la Laïcité n’est pas un outil de stigmatisation. La République permet l’expression des cultes et la neutralité de l’Etat.

Ici, ce soir, nous exigeons des pouvoirs publics qu’ils protègent les victimes de menaces, qu’ils retrouvent et jugent les auteurs de ces actes.

L’extrême-droite tente d’imposer un climat de terreur. Tous ensemble, ici, ce soir, nous le démontrons : nous n’avons pas peur ! »

(*) PS (Parti Socialiste), BNC (Brest Nouvelle citoyenneté), EELV(Europe écologie les Verts),Ensemble Finistère, Finistère et Solidaires, FSU (Fédération syndicale unitaire), GDS (Gauche Démocratique et Sociale), Gauche écosocialiste, Génération.s, LFI (La France insoumise), Les Jeunes Insoumis, les JC (Jeunes communistes) Les JS (Jeunes Socialistes), LDH (ligue des droits de l’Homme) Le Massicot, NPA(Nouveau parti anticapitaliste), PC (Parti Communiste), PRG-le centre gauche, Sud-Solidaires 29, UCL ( Union Communiste Libertaire) UDB (Union Démocratique Bretonne), Union locale CGT, UESR (Union des Élu-es Socialistes et Républicains), UEP(Université Européenne de la Paix), L’Union Pirate Finistérienne, Visa29 (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) .

Derniers Articles

Frédérique Bonnard Le Floch candidate aux Européennes 2024

Actualité

Être parlementaire européen consiste à siéger à Strasbourg mais aussi à accompagner les élu-es qui mettent en œuvre, sur leurs territoires, des projets qui...

appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper appel à des rassemblements pour l’Ukraine à Brest et Quimper

Actualité

Il y a deux ans, le 24 février 2022, Vladimir Poutine attaquait l’Ukraine au mépris de toutes les lois internationales. A ce jour, le...

couverture du texte de la convention retrouvons le peuple couverture du texte de la convention retrouvons le peuple

Actualité

“Retrouvons le peuple”, c’est d’abord une ambition. C’est aussi un processus démarré en 2018 avec le Bilan du quinquennat Hollande, pour se demander ce...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...