Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Ne votez pas ce projet, monsieur le député !

Le 1er mars 2023 devant la permanence de Didier Le Gac à Saint-Renan

Le 1er mars, une centaine de manifestant-es se sont retrouvés devant la permanence parlementaire du député macroniste Didier Le Gac.

A cette occasion, les représentant-es de le l’intersyndicale ont lu le courrier, toujours sans réponse, qui lui a été adressé le 16 février.

Le 1er mars 2023 devant la permanence de Didier Le Gac à Saint-Renan

« Monsieur le député,

L’intersyndicale, profondément unie dans le rejet du projet de réforme des retraites, souhaite vous interpeller de façon très solennelle et grave sur la crise politique et sociale que traverse actuellement notre pays, en raison de l’entêtement incompréhensible du gouvernement.

Il n’est jamais inutile de répéter les raisons de la colère. Les arguments portés par l’intersyndicale sont solides, justes. Aujourd’hui, ils sont repris par l’immense majorité des médias, des expertes et experts. Ils ont convaincu l’opinion publique et ne peuvent, Monsieur le député, avoir échappé à votre sagacité.

Notre système de retraites par répartition auquel nous sommes très attachés n’est pas menacé et l’exécutif dramatise la situation de manière caricaturale. En effet, il intègre notamment à ses calculs, le poids des pensions des fonctionnaires sous financé par l’Etat, ce qui est une hérésie. L’objectif est de faire une réforme budgétaire en ne sollicitant que les efforts des travailleurs, sans jamais remettre en cause des aides aux entreprises sans aucune contrepartie, la baisse permanente des impôts sur les entreprises, le renoncement à la lutte contre l’optimisation fiscale ou encore la course à l’extravagance financière qui déséquilibre chaque jour un peu plus la répartition des richesses.

Cette présentation caricaturale d’un besoin urgent de réforme du système des retraites se pare d’intentions nobles, toutes plus fausses les unes que les autres. Ce projet serait ainsi, selon le gouvernement, une réforme de justice sociale favorable aux femmes, aux petits revenus et permettant une avancée notoire avec un minimum vieillesse porté à 1200 euros…

La vérité est toute autre. Les femmes comptent parmi les grandes victimes de cette réforme avec l’annulation de l’effet bonificateur des maternités, les travailleurs et travailleuses ayant commencé à travailler tôt vont travailler encore davantage et seule une petite partie des retraité.e.s sera concernée par la mesure des 1200 euros mensuels. Le reste des mesures d’accompagnement de la disposition phare du recul de l’âge et de l’accélération de la reforme Touraine, ne sont que des tentatives d’amortissement des conséquences de cette disposition injuste.

La chance et le drame du pays c’est que les citoyennes et citoyens, salarié.e.s, et fonctionnaires se sont aperçus des contre-vérités, en même temps qu’ils ne se découvraient aucune appétence pour travailler dans des organisations où ils se sentent très souvent indésirables dès 55 ans.

C’est une chance parce qu’ils le manifestent, dans des cortèges d’une importance inédite à Paris et en Province, par la signature d’une pétition ayant reçu à ce jour un million de signatures, par des réponses aux nombreux sondages témoignant chaque semaine davantage du rejet massif par la population de cette réforme.

C’est un drame parce que le gouvernement reste sourd à une argumentation technique solide, ancrée dans la réalité du travail. Le gouvernement reste sourd à cette volonté populaire et l’incompréhension a laissé place à l’indignation, ainsi qu’à la colère dans un contexte d’après-pandémie, de guerre en Europe, de baisse du pouvoir d’achat et de crainte généralisée pour l’avenir.

C’est la raison pour laquelle, Monsieur le député, l’intersyndicale se tourne vers vous, la représentation nationale. Nous sommes persuadés que jamais vous n’aurez une occasion plus belle de prouver que votre travail consiste à relayer dans l’Hémicycle les aspirations des citoyennes et citoyens, qu’en vous opposant à cette réforme.

Il ne s’agit pas seulement d’empêcher l’adoption et la mise en place d’un dispositif injuste, il s’agit également de redonner à la Nation, confiance dans la réalité et la vigueur de sa démocratie et de maintenir une cohésion sociale menacée.

Nous vous demandons donc solennellement de voter le rejet de ce projet de loi et plus particulièrement son article 7. Nos représentantes et représentants sont, si vous le pensez utile, disponibles pour vous rencontrer et vous exposer nos positions argumentées et vous convaincre.

D’autre part, nous vous informons qu’une retraite aux flambeaux se tiendra, le 1er mars, à 18 h, devant votre permanence parlementaire.

Veuillez agréer, Monsieur le député, nos salutations démocratiques. »

L’intersyndicale.

Le 1er mars 2023 devant la permanence de Didier Le Gac à Saint-Renan

Derniers Articles

Actualité

L’an passé, le scandale Orpea a révélé aux yeux de tous les gains excessifs de groupes privés lucratifs et les conditions de vie de...

Actualité

On demande souvent à Jean-François Merle ce qu’aurait fait Rocard dans telle ou telle situation ? Le président de l’association MichelRocard.org ne répond jamais à ce genre...

Actualité

Dans « Moi, Michel Rocard, j’irai dormir en Corse » (*) Jean-Michel Djian retrace la vie de Michel Rocard, depuis son engagement chez les Scouts, sous...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Européennes 2024

Raphaël Glucksmann animera son deuxième meeting de campagne le samedi 13 avril, à 15h00 au Zénith de Nantes   S’inscrire pour le meeting S’inscrire...

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Européennes 2024

Si comme nous vous voulez  construire une Europe démocratique, sociale, écologique, féministe, solidaire et puissante vous pouvez rejoindre le comité de soutien à la...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...