Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

ZAN : la pédagogie plutôt que la démagogie

sébastien miossec

En annonçant qu’il voulait « retirer » la région Auvergne-Rhône Alpes du dispositif Zéro artificialisation net (ZAN) Laurent Wauquiez a voulu flatter une partie de son électorat. Car ce n’est ni possible, ni souhaitable explique Sébastien Miossec, président délégué d’ « Intercommunalités de France » et référent ZAN au sein de l’association.

Le terme « ruralicide » est totalement déplacé

PS29 : Laurent Wauquiez a-t-il vraiment le pouvoir d’exclure sa région du ZAN ?

Sébastien Miossec : Non, la loi est très claire : les collectivités disposent d’un délai pour adapter leurs documents d’urbanisme, mais en cas de carence, comme dans beaucoup d’autres cas, les préfets prendront la main. Cette annonce fracassante n’est, à mon avis, qu’une opération de communication politique destinée à flatter quelques élu.es inquiets, parfois à juste titre, dans certaines zones rurales notamment. Oui, il y a de l’inquiétude, en particulier dans des régions qui n’ont pas la culture des documents d’urbanisme, ce qui n’est pas le cas en Bretagne. Le terme « ruralicide » est totalement déplacé. D’autant que les régions doivent justement territorialiser les efforts. Si Laurent Wauquiez veut qu’ils reposent davantage sur les zones urbaines que sur les zones rurales, il peut le faire. Mais apparemment, il a choisi de faire des effets d’annonces plutôt que d’engager la concertation avec les élu.es de sa région. Il se défausse de ses responsabilités au lieu d’organiser l’aménagement de son territoire.

Il reste des marges de manœuvre.

PS29 : Tu as régulièrement déploré le choix d’un objectif qui commence par « zéro ».

Sébastien Miossec : Tout à fait. Utiliser le mot « zéro » comme perspective d’avenir, avouons que ce n’est pas très engageant… Ce « zéro » peut laisser croire qu’il n’existe aucune marge de manœuvre or ce n’est pas le cas. On ne demande pas aux élu.es de stopper toute construction du jour au lendemain. On leur demande de diviser la consommation de foncier par 2, d’ici 10 ans, puis encore par 2 d’ici 20 ans. C’est peu ou prou le même rythme que ce qu’on a connu ses 10 dernières années. Il reste des marges de manœuvre.

Et les élu.es qui font croire que des projets sont aujourd’hui déjà menacés mentent puisque le dispositif n’est pas encore appliqué. Ce zéro inquiète et Laurent Wauquiez, par pure démagogie, à la manière d’un Donald Trump du Puy en Velay, en a profité. Et est malheureusement rejoint par certains de ses amis politiques…

L’arrêt de l’étalement urbain inconsidéré est une nécessité

PS29 : On est pourtant face à un enjeu essentiel pour mener à bien notre transition écologique.

Sébastien Miossec : L’arrêt de l’étalement urbain inconsidéré est une nécessité. C’est clairement ressorti de la convention citoyenne sur le climat. Le modèle actuel, qui consiste à construire des lotissements de maisons individuelles, au détriment de terres agricoles, et à rallonger sans cesse les distances entre les zones d’habitation, de travail et de consommation n’est plus tenable. C’est un impératif écologique mais également social.

C’est d’ailleurs paradoxal, de la part de Laurent Wauquiez qui se présente comme le chantre de la ruralité. C’est bien le modèle actuel qui asphyxie les centre-bourgs et favorise les zones commerciales périphériques.

Les élu.es n’ont pas attendu cette loi pour faire preuve de sobriété. En 20 ans, à Quimperlé communauté, par exemple, nous sommes passé de 54 à 14 hectares urbanisés chaque année.

Changer de modèle n’est jamais facile. Il faut expliquer et accompagner et c’est le rôle des élu.es. Il faut densifier notre habitat. Il y a quelques années, on aménageait des lotissements avec moins de 10 logements par hectare. Nos centres-bourg, avec nos places et nos équipements publics, sont souvent construits à 30 ou 40 logements à l’hectare. C’est donc tout à fait envisageable de construire plus dense, même en ruralité, sans altérer la qualité de vie des habitant.es. En tant qu’élu.es, notre mission consiste à anticiper, certainement pas à rester figés sur un modèle qui n’est plus viable.

En savoir plus 

Derniers Articles

Actualité

« L’absence de référence à la politique de cohésion économique, sociale et territoriale de l’Union européenne nuit gravement au débat ». Dans une tribune intitulée « Parlons...

Actualité

« Nous devons toutes et tous être des démocrates de combat ! » C’est le message délivré par Raphaël Glucksmann le 25 mai à Brest aux...

Actualité

Frédérique Bonnard était le 24 mai l’invitée de Bonjour Bretagne sur Tébéo pour évoquer les retards de paiement des aides PAC,  « l’appel de Paris »...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Européennes 2024

Raphaël Glucksmann animera son deuxième meeting de campagne le samedi 13 avril, à 15h00 au Zénith de Nantes   S’inscrire pour le meeting S’inscrire...

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...