Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Actualité

Le BNA : favoriser l’adhésion au PS 

A chaque congrès, le Parti Socialiste se dote de nouvelles instances : si tous les adhérents connaissent et comprennent le rôle du conseil, secrétariat et bureau national, il n’en est pas toujours de même pour les autres instances comme notamment le Bureau National des Adhésions (BNA). 

Alors que le BNA a tenu une session à l’occasion du Campus 2023 à Blois, Fabrice de Comarmond son président, depuis le congrès de Marseille, et Jean-Raymond Magueur, membre du BNA et adhérent de la section Iroise, nous ont expliqué la mission et le rôle de cette instance. 

PS29 : Peux-tu nous définir le rôle du Bureau national des adhésions (BNA) ? 

Fabrice de Comarmond : Le Bureau national des adhésions est, avec la commission des conflits et la commission de contrôle des finances l’une des trois instances nationales de contrôle, indépendantes, du Parti Socialiste. Indépendante car son président et ses 33 membres, n’appartiennent à aucune autre instance. Sa composition est représentative des textes d’orientations. Il se réunit une fois par mois.

Une instance essentielle pour notre démocratie interne

Son rôle principal consiste à établir le corps électoral pour les élections internes. Il joue donc une fonction essentielle pour la vie de notre parti, qui, je le rappelle, est le plus démocratique à gauche. C’est un élément fondamental de notre adn que nous devons sans cesse défendre et préserver.

Le BNA joue aussi un rôle d’appel lorsqu’une adhésion est contestée. Les bureaux fédéraux des adhésions (BFA) peuvent, pour diverses raisons, contester une adhésion, ou le plus souvent une réadhésion. Nous sommes chargés d’entendre les parties pour confirmer ou casser des refus d’adhésions. Depuis la dernière réforme statutaire, les BFA disposent d’un mois pour refuser une adhésion. Passé ce délai, l’appel n’est plus possible.

C’est aussi au BNA de définir les règles pour le choix de la section d’adhésion. Si dans la grande majorité des cas, on adhère dans la commune où on réside, on peut aussi choisir de militer dans la commune où on travaille. Mais diverses situations peuvent se présenter, notamment pour les étudiant-es. Notre rôle est donc, sur la base de nos valeurs et d’une jurisprudence, d’établir une règle commune.

En tant que président du BNA, je suis là avant tout pour protéger les adhérent-es car la force du Parti Socialiste, ce sont ces militant-es.

Les fusions de sections doivent correspondre à un projet politique 

PS 29 : Le BNA a aussi son mot à dire pour le périmètre des sections.

Fabrice de Comarmond : Tout à fait. Historiquement, le PS, grâce au socialisme municipal, s’est construit sur la base de sections communales. Puis on a vu apparaître des sections cantonales. Mais la création des nouveaux cantons, bien plus vastes, intervenant au moment où le parti perdait des adhérent-es a rendu la situation plus compliquée. Je rappelle que la section est le lieu de vie des socialistes mais c’est aussi un bureau de vote pour nos élections internes. Or, la localisation de ce bureau n’est pas neutre lorsque la section est très étendue et qu’il faut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour pouvoir voter. Depuis quelques années, si nous enregistrons quelques créations de sections, nous sommes tout de même plus souvent saisis pour des demandes de fusions. Il faut que les secrétaires qui demandent des fusions réfléchissent bien au projet politique. Comme une section correspond à un bureau de vote, ne vaut-il pas mieux conserver des sections sur un territoire plus petit mais mettre en place des cadres d’action politique entre plusieurs sections ? La question mérite d’être toujours posée. Car une fusion ne peut pas être une fin en soi s’il n’y a pas, en même temps, une réflexion politique. Mais pour mener ces débats, nous avons besoin d’interlocuteurs, de bureaux fédéraux des adhésions qui fonctionnent et se réunissent régulièrement.

La force du PS, ce sont ses adhérent-es 

PS 29 : Car l’objectif du BNA est bien de favoriser les adhésions ? 

Fabrice de Comarmond : Évidemment. De favoriser les adhésions, ou les ré-adhésions, mais aussi de conserver celles et ceux qui sont déjà encartés et en particulier les plus anciens que nous avons parfois tendance à oublier parce qu’ils ne militent plus aussi activement. Mais, par leur engagement, ils méritent tout notre respect.

Le PS doit mieux accueillir ses nouveaux adhérents

Nous devons avoir une réflexion sur toutes les formes d’adhésions de manière à permettre à toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager de le faire, sans essayer de créer des différences artificielles entre les « bons » et les « mauvais » adhérents. Nous ne pouvons que nous enrichir de l’arrivée de nouveaux adhérent-es. Le parti doit mener cette réflexion et le BNA, compte tenu de son expertise en la matière, peut apporter sa contribution. Je pense à nos procédures de distribution des cartes que les nouveaux adhérents reçoivent souvent plusieurs mois après avoir réglé leur cotisation. Je pense à la possibilité de devenir adhérent thématique. Je pense aussi à tous les nouveaux outils de gestion des fichiers qui permettraient à nos secrétaires de se consacrer à l’animation politique de leurs sections. Et comment ne pas parler, lorsqu’on évoque les outils numériques, du vote électronique.

Sur toutes ces questions, le BNA peut apporter des propositions.

Derniers Articles

Actualité

Au congrès de Rome, le 2 mars, le PSE ( Parti des Socialistes Européens) a adopté son programme pour faire basculer l’Europe à gauche...

livret des propositions socialistes pour l »agriculture livret des propositions socialistes pour l »agriculture

Actualité

Si pour certains, le salon de l’agriculture n’est qu’un prétexte pour faire des selfies, pour les Socialistes, il est l’occasion de rappeler leurs propositions...

Actualité

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Dans un courrier adressé ce 28 février à Gabriel Attal, François Cuillandre, président de Brest métropole,...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Actualité

Je suis surprise de voir mon collègue Didier Le Gac, député Renaissance et membre de la commission des affaires sociales, donner des leçons de...

Actualité

C’est par le Finistère que Yan Chantrel a entamé son tour de France des collectivités locales, les 6 et 7 septembre, pour échanger avec...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...