Que cherchez-vous ?

PARTI SOCIALISTE

Cap Finistère

On ne discute pas les mains en l’air

Dans la crise que traversent l’Europe et le Monde, l’heure n’est plus aux tergiversations : il y a un agresseur et un agressé, et nous devons tout faire pour que les troupes russes quittent au plus vite le territoire ukrainien, a rappelé Olivier Faure à la tribune de l’Assemblée nationale, le 1er mars.
Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un État européen en attaque un autre et fait vaciller la paix sur le Vieux continent.
En mettant à exécution un plan préparé de longue date, Vladimir Poutine porte, seul, la responsabilité de cette agression. Il devra en rendre compte, comme des crimes de guerre commis depuis jeudi dernier. Il nous faut ici être clairs : il y a dans cette guerre un agresseur et un agressé, aucune confusion n’est possible. Aucune justification n’est recevable pour excuser ou atténuer la responsabilité de cette invasion. Non, même la perspective de l’adhésion à l’OTAN d’un pays indépendant ne signifie pas son “ annexion par les États-Unis ” ! La France est membre de l’OTAN. Elle n’a pas été pour autant annexée !
À quoi faisons-nous face ? À la volonté de puissance désinhibée du patron du Kremlin. Elle se traduit par son expansionnisme, directement à ses frontières, et par l’extension de son influence au Moyen-Orient, dans le Bassin méditerranéen et en Afrique.
Vladimir Poutine cherche les limites. C’est à nous de les fixer. L’Ukraine est un État souverain. L’Ukraine est une démocratie. L’Ukraine est un pays européen et c’est son adhésion à l’Union européenne que le président Zelensky sollicite et non pas son adhésion à l’OTAN… Je souhaite avec mon groupe, comme beaucoup ici, que l’Ukraine devienne, un jour prochain, notre 28e étoile.
La recherche d’une solution politique doit évidemment demeurer notre priorité. La paix par préférence à la guerre. Toujours. Les voies du dialogue doivent être évidemment ouvertes.
Mais il n’y a pas de discussion possible sans la création préalable d’un rapport de force. On ne discute pas les mains en l’air, avec un revolver sur la tempe. Notre objectif n’est pas l’humiliation de la Russie, mais le respect de l’indépendance de l’Ukraine. Dans cette guerre asymétrique, il faut forcer Vladimir Poutine à la Paix !
L’Europe a pris ses responsabilités comme jamais et nous devons nous féliciter qu’elle ait été au rendez-vous des sanctions économiques, des livraisons de matériels de secours et de matériels militaires. Elle devra être au rendez-vous de l’accueil des réfugiés.
Mais, il faudra aller au-delà de ces réponses immédiates. Parce que nous faisons face à un monde plus dangereux. Plus hostile. Celui des puissances. Et l’Europe doit elle-même devenir une puissance, sur le plan militaire et stratégique.

Article publié dans le Cap Finistère n°1385 du 11 mars 2022

Derniers Articles

Actualité

On demande souvent à Jean-François Merle ce qu’aurait fait Rocard dans telle ou telle situation ? Le président de l’association MichelRocard.org ne répond jamais à ce genre...

Actualité

Dans « Moi, Michel Rocard, j’irai dormir en Corse » (*) Jean-Michel Djian retrace la vie de Michel Rocard, depuis son engagement chez les Scouts, sous...

Actualité

Malgré tous les efforts de Jordan Bardella pour le cacher, le RN est un parti d’extrême-droite rappelle Ninuwé Descamps, Conseillère municipale d’opposition Pourrieres (83),...

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Européennes 2024

Raphaël Glucksmann animera son deuxième meeting de campagne le samedi 13 avril, à 15h00 au Zénith de Nantes   S’inscrire pour le meeting S’inscrire...

Actualité

Pour la première fois, les Socialistes des 4 fédérations bretonnes organisent une université de rentrée commune les 29 et 30 septembre au Sew à...

Européennes 2024

Si comme nous vous voulez  construire une Europe démocratique, sociale, écologique, féministe, solidaire et puissante vous pouvez rejoindre le comité de soutien à la...

Actualité

Le congrès des Jeunes Socialistes, (JS) dans le Finistère, s’est terminé le 7 avril par l’élection de sa première équipe fédérale (*) : Axel Fachus...